Le vrai visage du FN

Quelques militants fanatiques créent plusieurs comptes internet et sont très actifs dans la diffusion de la propagande mensongère et haineuse du FN. Ça marche plutôt pas mal, à vrai dire, vu le niveau très bas de connaissances politiques des gens. Mais un travail de vérité est nécessaire pour que les gens, qui ont la chance de pouvoir voter car on est (encore) en démocratie, sachent de quoi il en retourne. Alors :

1. www.cfdt.fr/upload/docs/application/pdf/2014-03/vraifaux-fn-hd_2014-03-05_16-07-25_544.pdf (en appuyant cela télécharge un pdf fait par la CFDT)

2. leplus.nouvelobs.com/contribution/1145554-progression-du-front-national-les-5-mensonges-du-programme-de-marine-le-pen.html

3. blogs.mediapart.fr/blog/lilith13/050612/les-condamantions-et-mises-en-examen-du-front-national-et-de-ses-membres

Pourquoi les astrologues ne gagnent-ils pas au loto ?

Si les astrologues et autres voyants savent vraiment prédire l’avenir, pourquoi ne gagnent-ils pas au loto au lieu de vivre des « consultations » ?

Si le horoscope dit vrai, lequel croyez-vous, car il y en a, pour le même jour, de très différents suivant le média qui les diffuse… ?

Le fait est que personne ne sait prédire ce genre d’avenir (qui je rencontrerai, quel travail j’aurai, combien de cheveux je perdrai, quelle sera la couleur de mes prochaines chaussures etc.). Et cela pour deux raisons :

1. Pour prédire le futur, il faut connaître intuitivement et instantanément toutes les choses de l’univers (la position des étoiles, des comètes, leur vitesse, toutes les pensées humaines, la direction des vents et des marées, les tremblements de terre, les épidémies, le temps d’attente de tous les feux-rouges, la vitesse et la direction de toutes les voitures, les emplois disponibles et les chances de tous les postulants à les obtenir, bref, tout…). Pourquoi cela ? Tout simplement parce que toutes les choses de l’univers interagissent (plus ou moins directement). Ainsi, une personne du quartier voisin qui finalement décide de ne pas aller au travail mais au cinéma et change sa route peut modifier la mienne si elle la croise (accident, rencontre etc.). Donc, pour connaître mon futur, le voyant ou l’astrologue doivent connaître toutes les interactions possibles et imaginables. Prenons une table de billard : pour deviner la position future d’une boule, quelqu’un doit connaître la trajectoire et la vitesse de toutes les autres ainsi que leurs interactions entre elles et avec la bande. Quand on se dit que l’univers entier est infiniment plus vaste et complexe qu’un jeu de billard, on se rend compte de l’absurdité qu’il y a à vouloir prévoir le futur d’un humain.

2. Comme cette possibilité est absurde, nous pouvons supposer que nos devins ne connaissent pas l’état actuel total de l’univers mais « voient » l’avenir comme quelqu’un qui avancerait le film de son Dvd. Le futur, comme le film, sont déjà réalisés, écrits. Les devins ont seulement le don de voir le futur tel qu’il sera à un temps « t ». D’abord, on peut se demander, puisque le futur existe, où est-il situé. Si j’existe dans le futur, je dois être quelque part, n’est-ce pas ? Et avec moi, tout ce qui existera à cette époque (planètes, bâtiments, êtres, choses…). Il y aurait ainsi une infinité d’univers superposés (dans le futur et dans le passé), tous remplis de la matière nécessaire à les rendre existants. Quand nous disons : « ma maison existe » nous savons la situer dans l’espace. Si ma maison dans le futur existe dès maintenant elle doit aussi être quelque part car on ne peut imaginer une maison qui existe mais n’est nulle part. De plus, si j’existe demain, et après-demain et après après-demain je suis en droit de me demander où est celui que j’étais hier ou avant-hier. Ont-ils disparu ? L’existence du futur implique l’existence réelle et actuelle mais dans le futur de tout ce qui existe maintenant. Imaginez un voyage d’un kilomètre en bus : chaque 20 mètres un nouveau bus (le bus présent mais dans le futur). Pour faire ce kilomètre vous ne pouvez pas vous déplacer avec le bus dans lequel vous êtes mais vous devez prendre à chaque fois un nouveau, le bus du futur. Et ainsi jusqu’à la fin du voyage. Sur le kilomètre il y aura ainsi 50 bus alignés qui, en fait, n’auront pas bougé. Mais l’analogie ne peut convenir parfaitement, car vous-même vous devez rester dans le premier bus pendant que le premier « vous » du futur monte dans le premier bus du futur, que le deuxième « vous » du futur monte dans le deuxième bus du futur et ainsi de suite… Tout cela en gardant une conscience unie de vous-même. Pas simple à justifier, non ?

Ensuite, supposons que, d’une manière qui nous soit inconnue, le futur existe vraiment et que le devin puisse le lire tel un Dvd. Puisqu’il qu’il existe déjà, il ne peut pas être modifié (on ne peut modifier un film sur le Dvd). Or, si le futur ne peut pas être modifié, à quoi me sert le devin ? Si je n’ai aucune prise sur le futur, que puis-je faire de la conscience de celui-ci ? Et comment imaginer qu’une modification de la conscience (le savoir sur mon futur) ne puisse finalement amener aucun changement réel ? Mais si le futur existe et qu’il peut être modifié (ainsi le devin servirait à quelque chose, à nous avertir) dans quel sens existe-t-il ? Autant dire que suivant les choix que nous faisons, nous prendrons tel ou tel chemin. Mais a-t-on besoin d’un devin pour savoir cela ?

Donc, pour résumer :

1. Soit le futur n’existe pas mais les devins peuvent, grâce à une connaissance omnisciente de l’univers, le « prédire ».

2. Soit le futur existe, et ils ne font que le « lire ».

Corollaire :

1. Si les devins sont omniscients, comment le justifient-ils ? Et s’ils ne s’affirment pas tels, comment justifient-ils leur divination ?

2. Si le futur existe, où est-il, spatialement et matériellement parlant ? Quelqu’un s’est-il cogné, en marchant sur le trottoir, contre un poteau qui ne sera posé à cet endroit que dans le futur ?

1. et 2. Soit le futur est déjà tracé, et le devin ne sert à rien. Soit le futur n’existe pas et le devin ne sert à rien.

Après toutes ces complications, à chacun de voir s’il ne serait pas plus raisonnable de préférer l’utilisation du « rasoir d’Ockham »…