« Les peines alternatives à la prison sont de vraies peines »

http://rue89.nouvelobs.com/2013/02/04/recidive-les-peines-alternatives-la-prison-sont-de-vraies-peines-239076

Publicités

Les « anarchistes », la police et la délinquance

Malgré tous ses attraits, il y a quelque chose de profondément gênant dans la pensée anarchiste telle qu’elle s’affiche sur internet (je ne parle pas des théories développées dans des livres sérieux), au détour d’une dispute ou comme arme pour cataloguer ceux qui « font partie du système » : dans tous les débats et tous les articles que j’ai faits et lus je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui critique la délinquance (je parle de la petite surtout, car dénoncer les banquiers ça y va). Les « anarchistes » sont systématiquement plus enclins à critiquer la police (qui est censée assurer la paix sociale…) qu’ils ne le sont à critiquer la petite délinquance qui est, elle aussi, responsable d’un certain malaise et d’une impression d’insécurité. Mais quoi, un policier serait-il, par défaut, plus dangereux pour la liberté qu’un petit délinquant ? Je sais, avec un certain paternalisme, on excuse le petit délinquant qui n’a pas eu une vie facile mais on est incapable « d’excuser » le policier qui tente de faire son travail (et qui a fini par avoir ce travail parce que, peut-être, il n’a pas eu une vie facile non plus). Et je dis « on excuse » la petite délinquance, ça, c’est quand on ne l’encourage pas avec, en arrière-plan, l’hypocrite excuse de « c’est pour combattre le capitalisme ».

Il ne s’agit pas de faire un concours pour savoir qui du policier et du petit délinquant (qui peuvent se confondre dans la même personne d’ailleurs…) est « pire » ou « meilleur ». Il s’agit de savoir quelles sont les valeurs de l’anarchisme et d’être cohérent. Certes, le système policier n’est pas toujours des plus démocratiques. Mais la petite délinquance l’est encore moins. Pourquoi ne pas traiter les deux sujets de manière objective ? Pourquoi ne pas critiquer les deux tant qu’on y est ? Tant qu’on ne critique pas la petite délinquance j’ai toujours l’impression que cette occultation vient non pas de vrais anarchistes mais d’esprits adolescents en manque de rébellion qui, sous prétexte d’anarchisme, s’opposent à des règles établies par d’autres mais ne s’empêchent pas de frauder, voler, tricher, c’est à dire de ne vivre que d’après leurs règles. Une société doit avoir des règles communes (et justes) qui doivent être respectées autant que possible. C’est parce que les règles ne sont pas respectées que la police est nécessaire (et justifie elle-même son existence) et c’est parce que les règles ne sont pas respectées que la police outre-passe ses droits. Qu’elle soit policière (donc systématique ou individuelle) ou privée (elle peut aussi être systématique – les bandes – ou individuelle), il faut dénoncer la délinquance. Ne dénoncer que celle de la police me semble pour le moins être le résultat d’un rapport très ambigu à la loi et au droit.