L’asepsie

https://mediacru.sh/odfJ_xA6MIWG#

Publicités

Emanuel Lasker, mathématicien, philosophe et champion du monde d’échecs

Emanuel Lasker (1868-1941) est le joueur d’échecs qui a conservé le titre de champion du monde le plus longtemps (27 ans).
Après sept défenses victorieuses, Lasker perdit son titre en 1921, vaincu par le Cubain José Raul Capablanca. Suite cette défaite, Lasker se consacra à l’écriture et à l’enseignement.

Joueur professionnel d’échecs, Lasker était aussi docteur en mathématiques et en philosophie. Sa thèse de doctorat est considérée comme l’un des fondements de l’algèbre moderne. Il fut également maître du jeu de go et membre de l’équipe d’Allemagne de bridge au Championnat du monde.
Il était aussi l’ami d’Albert Einstein, qui le désignait comme l’un des hommes le plus intéressants qu’il ait rencontrés, et qui lui reprochait de perdre son temps aux échecs.

Capablanca et Lasker en 1925


Lasker exigeait des honoraires élevés pour jouer des matches et des tournois, ce qui suscita des critiques à l’époque, mais contribua au développement du jeu d’échecs comme activité professionnelle.

Le style de Lasker était en avance sur son temps, ce qui lui valut une réputation de joueur « psychologique » qui cherchait à déstabiliser ses adversaires en jouant des coups illogiques.

« Les échecs mettent en conflit, non pas deux intelligences, mais deux volontés » (Emanuel Lasker).


Que veut dire « roboratif » ?

Roboratif vient du latin « roborare » qui signifie « fortifier ». Cet adjectif est synonyme de « qui redonne des forces, de l’énergie ».

Exemple d’utilisation :

 « La compagnie de l’homme, le contact de l’homme, son odeur, sa chaleur roboratives » (Colette, La fin de Chéri)

« Roboratif » est souvent confondu avec « répétitif » (probablement à cause de la ressemblance phonétique avec « robot »), et avec « rébarbatif ».

Pourquoi les écrivains qui écrivent pour les autres sont-ils appelés des « nègres » ?

Au 17e siècle, le mot « nègre » désignait, par analogie avec le commerce d’esclaves, un homme que l’on faisait travailler très durement et sans respect. Ce terme fut ensuite employé pour nommer quelqu’un effectuant un travail pour le compte d’un autre, qui s’en attribuait le profit.

L’usage du mot fut popularisé par l’écrivain français Alexandre Dumas (1802-1870), auteur de romans célèbres (« Les Trois Mousquetaires », « Le Comte de Monte-Cristo », ou encore « La Tulipe noire »).

Dumas faisait travailler des écrivains anonymes pour l’aider à écrire. Par plaisanterie, il les appelait des « nègres », car il avait lui-même des origines haïtiennes par sa grand-mère. On prête d’ailleurs à son fils le bon mot suivant : « Dumas ? Un mulâtre qui a des nègres ».


Alexandre Dumas photographié en 1855

source : http://www.jesuiscultive.com