Enchaînement de la colère

 

 » La vie en commun multiplie les maux. Vous entrez dans un restaurant. Vous jetez un regard ennemi au voisin, un autre au menu, un autre au garçon. C’en est fait. La mauvaise humeur court d’un visage à l’autre; tout se heurte autour de vous; il y aura peut-être des verres cassé, et le garçon battra sa femme ce soir. Saisissez bien ce mécanisme et cette contagion; vous voilà magicien et donneur de joie; dieu bienfaisant partout. Dites une bonne parole, un bon merci; […] vous pourrez suivre cette vague de bonne humeur jusqu’aux plus petites plages; le garçon interpellera la cuisine d’un autre ton, et les gens passeront autrement entre les chaises; ainsi la vague de bonne humeur s’élargira autour de vous, allégera toutes choses et vous-même. Cela est sans fin. Mais veillez bien au départ. Commencez bien la journée et commencez bien l’année. Quel tumulte dans cette rue étroite! Que d’injures, que de violences! Le sang coule; il faudra que les juges s’en mêlent. Tout cela pouvait être évité par la prudence d’un seul cocher, par un tout petit mouvement de ses mains. » Alain, Propos sur le bonheur


Publicités

Quel est votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s